Quand la conscience écologique prend de l’ampleur dans le monde

 

Il fut un temps où parler d’écologie revenait à rêver de réformes, pratiques et comportements impossibles à obtenir. Aujourd’hui, ce vent d’utopie est derrière nous, car les questions écologiques sont au cœur des débats politiques, économiques et sociaux. En France, par exemple, le célèbre écologiste Nicolas Hulot a réussi à faire rentrer les questions écologiques dans la dernière campagne présidentielle. La même effervescence est constatée un peu partout.

Le réveil écologique des États-Unis

Malgré l’élection de Donald Trump, un climatosceptique par excellence, le réveil écologique des États-Unis est aujourd’hui une réalité. On dirait que les défenseurs du complexe militaro-industriel, qui ont réussi à écarter (voler) Al Gore en 2000 n’ont pas pu empêcher le retour de bâton de la question écologique. Les Américains sont réputés gros consommateurs d’essence, de climatisation et de produits pétroliers. Cependant, ils ont commencé à prendre conscience des risques écologiques après le passage de l’ouragan Katrina qui avait fait plus de 1500 morts. Bien que les USA n’aient pas encore accepté le protocole de Kyoto, la conférence de Paris en décembre 2016 a définitivement marqué une avancée de la position américaine sur la question environnementale.

Les pays scandinaves : toujours devant !

On peut dire que la conscience écologique s’est développée en premier lieu dans les pays scandinaves à l’image de la Norvège, qui a opté pour les énergies renouvelables malgré ses ressources en pétrole. Le pays mise désormais sur l’énergie d’origine hydraulique. En Suède, certaines villes comme Vaxjo ont réduit de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre par habitant. Plusieurs installations de bio gaz sont aussi disponibles dans le pays ainsi qu’en Norvège et en Finlande. Ce qui laisse penser que l’écologie est une réalité du quotidien dans ces pays.

Les progrès du Brésil

Les avancées écologiques du Brésil peuvent être considérées comme un véritable miracle, dans un pays où la déforestation de l’Amazonie animait les débats publics. C’était devenu un symbole de la dégradation des forets, notamment dans les années 80 et 90. Aujourd’hui, le Brésil s’intéresse de plus en plus au réchauffement climatique avec le biocarburant. Rien qu’en 2005, l’éthanol produit à partir de la canne à sucre représentait environ 40% de la consommation de carburant dans le pays. L’expérience brésilienne dans ce domaine a largement inspiré le monde, bien qu’elle ait contribué à l’augmentation du prix des terres.

L’écologie en Chine : ça parle moins chinois !

La Chine, un des plus gros pollueurs au monde a engagé, depuis quelques années, une forte transition écologique en misant davantage sur l’énergie propre. Le temps où une centrale à charbon était construite par semaine est désormais révolu et la Chine semble changer de cap. D’ailleurs, les scandales écologiques se sont multipliés dans ce pays dont le plus médiatisé a été ce petit garçon ayant souffert du cancer du poumon. Aujourd’hui, bien que la facture soit salée, la Chine est en train de faire de gros efforts en vue d’inverser la tendance, notamment avec la ruée vers les voitures électriques.

Restez informé de nos dernières nouvelles !

Rejoignez notre newsletter.  Vous recevrez l'un ou l'autre Email lors d'une publication d'article ou autre. N'oubliez pas de les supprimer une fois lus, ça réduira votre empreinte écologique ;)  

Merci ! Vous êtes inscris, à très vite.